Signature conjointe et lancement officiel du Plan Cadre des Nations Unies pour l’aide au développement du Burundi (UNDAF) 2019-2023

M. Garry Conille, Coordinateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi (à gauche) et M. Domitien Ndihokubwayo, Ministre des Finances et de la Coopération Internationale procédant à la signature de l’UNDAF

25 janvier 2019 – Le vendredi 25 janvier 2019, le Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique et le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Burundi ont procédé à la signature conjointe et au lancement officiel du Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement du Burundi, UNDAF 2019-2023.

Le Gouvernement du Burundi a élaboré le Plan National de Développement (PND) pour la période 2018-2027, qui vise à engager le pays dans une étape cruciale pour son développement social et économique.  Le Plan National de Développement (PND), aligné aux Objectifs de Développent Durable (ODD), s’appuie sur les progrès atteints dans le domaine des services sociaux de base et entend poursuivre les efforts en matière de développement durable afin, notamment, de réduire les vulnérabilités socioéconomiques, de prévenir et répondre aux catastrophes naturelles, atténuer les effets des changements climatiques, et contribuer ainsi à la cohésion sociale et au développement.En appui à la réponse aux défis du développement socio-économique reflétés dans le PND, et en vue d’adapter le cycle de programmation des Nations Unies, le Gouvernement et le Système des Nations Unies (SNU) au Burundi ont conjointement convenu des priorités de l’UNDAF 2019-2023 prenant en compte ses avantages comparatifs et l’Agenda de développement 2030.

L’UNDAF apporte ainsi son appui dans plusieurs domaines qui constituent le socle du développement social, culturel et économique, à savoir, a) la mise en place d’une gouvernance inclusive et équitable, b) l’amélioration des déterminants de santé, c) l’amélioration de l’accès, de la rétention et de la qualité de l’éducation, d) l’autonomisation des femmes, la prévention et la résilience aux chocs anthropiques et aux catastrophes naturelles, et e) le renforcement des capacités de gestion stratégique et opérationnelle du secteur de l’environnement. Les solutions durables pour les personnes déplacées internes (PDI) et l’assistance aux réfugiés et rapatriés seront également pris en compte.

L’UNDAF intègre aussi dans ses priorités les dimensions transversales du développement telles que le genre, les droits de l’Homme, la résilience, la croissance démographique et le VIH. Les solutions durables pour les personnes déplacées internes (PDI) et l’assistance aux réfugiés, apatrides et rapatriés sont également pris en compte. Il prévoit un soutien aux systèmes statistiques sectoriels et nationaux pour le suivi et évaluation, et une contribution à la mobilisation des ressources et au développement de partenariats internationaux, régionaux et sectoriels. Afin de renforcer la résilience de la population, l’UNDAF envisage l’adoption d’une stratégie conjointe d’accélération ciblée sur certaines actions porteuses d’effets de changement rapide.