Les Nations Unies soutiennent les initiatives de bonne gouvernance au Burundi

Bujumbura, 21 mars 2017 – L’Institution de l’Ombudsman du Burundi avec l’appui du système des Nations Unies au Burundi et l’Ambassade de France au Burundi, organise, sous le haut patronage de Son Excellence Pierre Nkurunziza, le Président de la République du Burundi, un Atelier National sur la Bonne Gouvernance comme stratégie de prévention des conflits,  du 21 au 23 mars 2017 à l’Hôtel Royal Palace à  Bujumbura.

L’objectif de cet atelier est de contribuer au renforcement de la culture de dialogue et de l’espace démocratique à travers la bonne gouvernance, la prévention et la résolution pacifique des conflits. Cette rencontre sera aussi l’occasion de consolider la confiance entre les citoyens et les institutions.

M. Viktor Nylund, CR a.i. pendant son discours.

Selon M. Victor Nylund, Coordinateur Résident a.i. du Système des Nations Unies au Burundi, cette initiative permettra aux partenaires du Burundi de raccompagner les institutions publiques pour renforcer l’état de droit et  consolide la paix ; et montre la ferme volonté de l’Etat burundais et de ses partenaires de repenser les modes de gouvernance les mieux appropriés au développement de la paix. « La gouvernance attire notre attention sur le rôle de l’Etat et les rapports qui lient les citoyens aux institutions. La bonne gouvernance est un mode qui réunit tous les acteurs dans un espace de concertation et de dialogue. Aucun acteur ne peut pas seul  trouver une solution à un problème que vit la société, la gouvernance désigne la méthode de résolution de conflits et de problèmes par laquelle une diversité d’acteurs peut parvenir à des solutions mutuellement satisfaisantes à travers des processus de coopération et de négociations » a-t-il indiqué

« Les Nations Unies sont engagées  à soutenir toute initiative permettant la pérennité du processus de réconciliation et du développement du Burundi.  Cet engagement s’articule dans plusieurs domaines en rendant la perspective de mieux intégrer les objectifs de développement durable et de mobiliser les fonds pour lutter contre la pauvreté et la discrimination sociale en permettant aux institutions publiques de garantir l’état de droit pour tous les burundais. Notre engagement auprès de l’institution de l’Ombudsman montre que les  Nations Unies constituent une seule voix et projettent une seule vision de développement ceci rappelle que l’accès et la protection des droits de tous les burundais constitue une priorité absolue pour les Nations Unies » a-t-il ajouté.

Il a conclu en promettant que les recommandations issues de cet atelier seront transcrites dans les programmes conjoints de développement afin de faire de la gouvernance une priorité stratégique pour la stabilité et le développement du Burundi.

Vue partielle des participants

Durant trois jours,  des exposés d’experts seront présentés sur différents thèmes portant sur la gouvernance politique et démocratique : un Etat de droit pour tous, la gouvernance administrative, sociale, économique, financière, la gouvernance sécuritaire (sécurité humaine),  la jeunesse à l’épreuve des enjeux socioéconomiques et géostratégiques, Etat de mise en œuvre de la Vision 2025 : perspectives d’un renouveau sociopolitique au Burundi.

Photo de famille