Journée de la mémoire de l’Holocauste : l’ONU s’inquiète du retour de l’intolérance

Centre d’actualités de l’ONU

27 janvier 2017 – A l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste célébrée chaque 27 janvier, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est engagé à être aux avant-postes de la bataille contre l’antisémitisme et tous les autres visages de la haine.

« Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des victimes de l’Holocauste, tragédie sans précédent de l’histoire de l’humanité », a déclaré M. Guterres dans un message. « L’humanité doit se souvenir que l’Holocauste a été une tentative systématique d’élimination des Juifs et de nombreuses autres personnes ».

Pour le Secrétaire général, il serait dangereux de penser que l’Holocauste n’est que le résultat de la folie d’un groupe de criminels nazis. « Au contraire, l’Holocauste a été l’aboutissement de plusieurs millénaires pendant lesquels les Juifs, pris comme boucs émissaires, ont été la cible de haine et de discrimination, ce que nous appelons aujourd’hui l’antisémitisme », a-t-il rappelé, déplorant que ce dernier continue d’avoir le vent en poupe « de manière tragique et en dépit de notre détermination ».

M. Guterres s’est par ailleurs dit préoccupé par la montée « profondément inquiétante » de l’extrémisme, de la xénophobie, du racisme et de l’islamophobie. « L’irrationalité et l’intolérance font leur grand retour », a-t-il déploré. « Tout cela va à l’encontre des valeurs universelles consacrées dans la Charte des Nations Unies et dans la Déclaration universelle des droits de l’homme », a-t-il précisé.

« Nous ne devons jamais nous taire ou rester indifférents lorsque des êtres humains souffrent. Nous devons toujours défendre les plus faibles et traduire en justice les bourreaux», a martelé le chef de l’ONU, soulignant qu’après les atrocités commises au XXe siècle, l’intolérance ne devrait plus avoir sa place au XXIe siècle.

VIDEO : Message du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

« Parce que c’est arrivé une fois, cela peut arriver de nouveau » – Primo Levi

Dans une déclaration publiée le même jour, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a appelé le monde à reconnaitre la nécessité de prévenir la réapparition de l’antisémitisme et de toutes les formes de haine et de discrimination raciales et religieuses aujourd’hui.

« Cette pénible journée de commémoration des victimes de l’Holocauste nazie nous confronte aux horreurs auxquelles le fanatisme, le racisme et la discrimination ont fini par mener », a déclaré M. Zeid rappelant que la « violence sadique » des atrocités infligées par le régime nazi aux Juifs, aux Roms, aux Slaves, aux handicapés, aux dissidents politiques, aux homosexuels et à d’autres groupes s’est nourrie des campagnes répétées de propagande, de falsification et d’incitation à la haine.

« Ils ont été victimes de dénigrement et de diffamation; les uns après les autres, leurs droits ont été bafoués et, en fin de compte, même leur humanité a été déniée », a dit le Haut-Commissaire. « Parce que c’est arrivé une fois, cela peut arriver de nouveau », a-t-il prévenu, citant l’écrivain italien Primo Levi qui a connu l’horreur au camp de concentration d’Auschwitz Birkenau et y a survécu.

Dans un contexte de regain d’intolérance, le chef des droits de l’homme de l’ONU a rappelé qu’il est essentiel de préserver l’indépendance des institutions chargées d’assurer le maintien de l’ordre ainsi que la liberté de la presse, dès lors que ces acteurs peuvent obliger les dirigeants à rendre des comptes et présenter les faits tels qu’ils sont réellement.

« Il est absolument déterminant d’assurer le respect des droits de l’homme, en particulier en ce qui concerne le droit à la vie et au bien-être de tous les individus, indépendamment de leur origine ou de leur appartenance ethnique », a souligné M. Zeid. « En rendant hommage aux victimes de l’Holocauste, nous devons reconnaître que seul le fait de considérer son prochain comme son égal sur le plan de la dignité et des droits nous permettra de faire cause commune pour surmonter les nombreuses difficultés auxquelles l’humanité est confrontée », a-t-il ajouté.

VIDEO : Le Bureau des Nations Unies à Genève a honoré la mémoire des victimes de l’Holocauste. Et à cette occasion, ONU-Infos a recueilli le témoignage du Dr. Elie Buzyn, un ancien déporté juif de Pologne (Lodz) à Auschwitz. L’octogénaire qui vit actuellement à Paris insiste sur le devoir de mémoire afin que cette tragédie sans précédent de l’histoire de l’humanité ne soit jamais oubliée.

Thème 2017 :« Commémoration de l’Holocauste : Éducation pour un avenir meilleur »

Rappelant le thème de la commémoration de l’Holocauste et des activités éducatives associées cette année, le Secrétaire général a rappelé que « l’éducation est la clef d’un avenir meilleur ».

M. Zeid s’est fait l’écho des propos de M. Guterres en soulignant que l’éducation doit figurer au cœur de tous les efforts de lutte contre l’antisémitisme, le racisme et toutes les formes de discrimination.

« Bien qu’une part importante de ce travail doive être centrée sur les écoles et d’autres instances académiques, l’éducation, en ce sens, doit s’étendre bien plus largement, afin de nous permettre de briser tous les stéréotypes qui sont à l’origine de tant d’injustice et de préjugés au sein de la société », a dit le Haut-Commissaire.

L’ensemble des événements relatifs à la commémoration de l’Holocauste à l’ONU en 2017 est disponible sur la page du Programme de communication « l’Holocauste et les Nations Unies ».