MARRAKECH : des dizaines de dirigeants du monde affichent leur ferme soutien à la mise en œuvre de l’Accord de Paris

Centre de l’actualités de l’ONU

cop22-marrekech-logo-fr15 novembre 2016 – Dix jours après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le changement climatique, des dizaines de dirigeants du monde réunis à la Conférence des Nations Unies sur le climat à Marrakech (COP 22) ont affiché mardi leur ferme soutien à la mise en œuvre de cet accord.

« Les pays ont fermement soutenu l’Accord parce qu’ils se rendent compte que leur propre intérêt national est mieux garanti par la poursuite du bien commun. Maintenant, nous devons traduire les mots en politiques et en actions efficaces », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à l’ouverture du segment de haut niveau de la COP 22, en présence du Roi Mohammed VI du Maroc.

« Cela est essentiel pour protéger notre planète, protéger les plus vulnérables et susciter une prospérité partagée. Le développement à faibles émissions de gaz à effet de serre et la résilience climatique permettront d’atteindre tous les objectifs de développement durable », a ajouté M. Ban devant des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement.

Adopté par les 196 Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en décembre 2015 à Paris, l’Accord appelle les Etats à lutter contre le changement climatique en visant une limitation de la hausse de la température mondiale bien en dessous de 2 degrés Celsius, et à s’efforcer de ne pas dépasser 1,5 degré Celsius. Il est entré en vigueur le 4 novembre 2016, après un processus de ratification particulièrement rapide.

Le Roi Mohammed VI du Maroc a estimé que le bilan de la COP 22 « sera décisif pour le devenir de la nouvelle génération des conférences des parties, qui devront se focaliser sur l’initiative et l’action».

« En effet, l’Accord de Paris n’est pas une fin en soi. Les résultats de la Conférence de Marrakech sont, plutôt, un test réel pour mesurer la fiabilité des engagements que nous avons souscrits et la crédibilité des parties qui les ont annoncés », a-t-il ajouté.

Mobiliser le financement climatique

Le Secrétaire général de l’ONU a déclaré que les Nations Unies aideront les pays à mettre en œuvre l’Accord et a appelé les pays développés à « honorer leur engagement de mobiliser un financement climatique, soit 100 milliards de dollars d’ici 2020 pour aider les pays en développement à atténuer et à s’adapter à la vulnérabilité climatique ».

Dans son discours, le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Peter Thomson, a encouragé toutes les Parties à l’Accord de Paris à mettre en œuvre et à renforcer l’ambition de leurs contributions nationales « sans délai ». Il a ajouté que l’action climatique « doit être considérée comme un impératif moral, environnemental, scientifique et de développement, guidé par l’ambition, l’action et l’équité ».

La Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Patricia Espinosa, a souligné pour sa part dans son discours la nécessité « d’accélérer l’action climatique » et de faire de cette action climatique « la pierre angulaire de la transformation vers un développement véritablement durable ».

« Cette transformation profonde ne sera pas facile et impliquera des décisions difficiles. Un leadership est plus nécessaire que jamais. Et la contribution des entreprises, des gouvernements locaux, des peuples autochtones, des jeunes, des femmes et de beaucoup d’autres à cette transformation ne peut pas être ignorée », a-t-elle ajouté.

Avant l’ouverture officielle du segment de haut niveau de la Conférence, Ban Ki-moon a déclaré mardi matin lors d’une conférence de presse que « chaque pays est conscient que le changement climatique est une réalité » et qu’ « aucun pays, aussi puissant soit-il, n’est immunisé contre l’impact du changement climatique ».

Interrogé sur les propos tenus par le Président-élu américain Donald Trump sur l’Accord de Paris et le changement climatique, M. Ban a dit qu’il restait «très optimiste sur les efforts pour combattre le changement climatique ». «L’unité mondiale sur la question du changement climatique semblait impensable par le passé mais maintenant elle est devenue impossible à arrêter», a-t-il déclaré.

109 pays ont ratifié l’Accord de Paris

Actuellement, 109 pays ont adhéré à l’Accord de Paris et Ban Ki-moon a exhorté « tous les autres à ratifier dès que possible » l’accord. Il a également demandé avec insistance à tous les pays d’augmenter le niveau d’ambition de leurs plans climatiques nationaux au cours des deux prochaines années et il a appelé d’autres secteurs de la société à accélérer leurs efforts climatiques.

« Les villes, les citoyens et les dirigeants d’entreprises ont joué un rôle crucial dans la mobilisation du soutien politique à l’Accord de Paris. Ils sont aussi parmi les acteurs les plus visionnaires et les plus ambitieux construisant des économies résilientes à faible teneur en carbone. Les entreprises peuvent faire plus pour saisir les nombreuses opportunités », a-t-il dit.

Ban Ki-moon a noté la croissance des énergies renouvelables, les partenariats public-privé s’efforçant de transformer des secteurs clés de l’économie. « J’appelle les organisations de la société civile à continuer à faire en sorte que les gouvernements tiennent leurs promesses », a-t-il dit.