Journée de la paix : l’ONU invite les belligérants à observer un cessez-le-feu de 24 heures

Centre d’actualités de l’ONU

Des colombes lâchées lors d’une cérémonie pour célébrer la Journée de la paix. Photo ONU/Mark Garten (archives)

Des colombes lâchées lors d’une cérémonie pour célébrer la Journée de la paix. Photo ONU/Mark Garten (archives)

21 septembre 2016 – A l’occasion la Journée internationale de la paix qui est célébrée chaque année le 21 septembre, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a invité mercredi les belligérants du monde entier à déposer les armes et à observer un cessez-le-feu de 24 heures.

« La valeur symbolique d’une journée sans combats nous rappelle de façon opportune que les conflits peuvent et doivent prendre fin », souligne-t-il dans un message.

Le chef de l’ONU a rappelé toutefois que la paix ne se réduit pas à une simple trêve mais elle implique « de bâtir à l’échelle mondiale une société dont les membres vivent à l’abri de la pauvreté et bénéficient tous de la prospérité, une société où tous grandissent ensemble, unis par la solidarité de la grande famille universelle ».

Cette année, le thème de la Journée fait la part belle aux 17 Objectifs de développement durable (ODD), qui ont été adoptés il y a un an par les Etats membres des Nations Unies.

Ces objectifs « sont les piliers de la paix. En effet, la ruée vers des ressources limitées est souvent à l’origine des conflits. Nous devons nous appuyer sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030 pour empêcher que de tels conflits éclatent en faisant en sorte que personne ne soit laissé pour compte », a dit M. Ban.

« Lorsque les 193 États membres de l’Organisation des Nations Unies ont adopté à l’unanimité les 17 Objectifs de développement durable en septembre dernier, leur message était clair. Le développement durable est essentiel pour l’instauration d’une paix durable, et le respect des droits de l’homme en est la condition préalable. Nous devons protéger la planète, notre lieu de vie commun, et ce n’est qu’en œuvrant de concert que nous pourrons la rendre sûre pour les générations à venir », a-t-il ajouté.

« Nous pouvons tous être les hérauts du développement durable et faire connaître le Programme 2030 et les objectifs de développement durable. Nous pouvons aussi tous demander à nos dirigeants de rendre compte de ce qu’ils font pour tenir les engagements qu’ils ont pris pour l’avenir », a encore dit le Secrétaire général. « Tous ensemble, mobilisons-nous en faveur de la dignité et de l’égalité de tous les êtres humains, ainsi que d’une planète plus verte, en veillant à ne laisser personne de côté ».

Vendredi dernier, le chef de l’ONU avait participé au siège de l’ONU, à New York, à la traditionnelle cérémonie de la Cloche de la paix, en relation avec la Journée de la paix. A cette occasion, Ban Ki-moon s’était félicité de la conclusion de l’accord de paix historique entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple (FARC-EP).

Mercredi, lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Colombie, le Secrétaire général s’est une nouvelle fois félicité du succès des négociations de paix après plus de quatre ans de discussions.

Il a précisé que le déploiement de la Mission de l’ONU en Colombie était en cours, avec 200 observateurs non armés et du personnel civil déjà sur le terrain, « se déployant dans les zones où ils procéderont aux opérations de vérification, travailleront avec les parties prenantes et seront en contact avec les communautés et autorités locales ».

« Leur nombre va augmenter rapidement à mesure que les prochaines étapes du processus de paix sont achevées », a ajouté M. Ban, qui se rendra à Carthagène, en Colombie, le 26 septembre, pour assister à la signature historique de l’accord de paix entre le gouvernement colombien et les FARC.