Burundi : l’ONU dénonce les chants appelant au viol des femmes de l’opposition

Centre d’actualités  de l’ONU

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein. Photo ONU/Pierre Albouy

 

18 avril 2017 – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a dénoncé mardi les rassemblements dans plusieurs régions du Burundi au cours desquels des jeunes de la milice des Imbonerakure chantent de façon récurrente des slogans appelant à rendre enceinte des femmes de l’opposition ou à tuer des opposants.

« Les slogans choquants appelant au viol repris par de jeunes hommes appartenant aux Imbonerakure dans plusieurs provinces du Burundi sont profondément inquiétants – notamment, parce qu’ils confirment ce que nous ont confié les personnes qui ont fui le Burundi, à propos de la campagne de terreur et de peur menée par cette milice organisée », a déclaré M. Zeid dans un communiqué de presse. Continuer la lecture

Message du Secrétaire général de l’ONU publié à l’occasion de la Journée Internationale de Réflexion sur le Génocide

7 avril 2017

Aujourd’hui, nous avons une pensée pour toutes les personnes qui ont péri lors du génocide au Rwanda il y a 23 ans.

 Plus de 800 000 personnes ont été systématiquement assassinées dans le pays – en très grande majorité des Tutsis, mais également des Hutus modérés, des Twas et des membres d’autres ethnies.

Aujourd’hui, nous rendons également hommage aux survivants. Nous reconnaissons les souffrances qu’ils ont endurées, le courage dont ils ont fait preuve et les épreuves difficiles qu’ils continuent de traverser. Leur force morale et leur capacité de réconciliation sont une source d’inspiration pour nous tous.

La seule véritable manière d’honorer la mémoire des personnes qui sont mortes au Rwanda est de faire en sorte qu’un tel drame ne se reproduise jamais. La prévention des génocides et d’autres crimes odieux est une responsabilité partagée et un devoir essentiel du système des Nations Unies. Continuer la lecture

Les Nations Unies soutiennent les initiatives de bonne gouvernance au Burundi

Bujumbura, 21 mars 2017 – L’Institution de l’Ombudsman du Burundi avec l’appui du système des Nations Unies au Burundi et l’Ambassade de France au Burundi, organise, sous le haut patronage de Son Excellence Pierre Nkurunziza, le Président de la République du Burundi, un Atelier National sur la Bonne Gouvernance comme stratégie de prévention des conflits,  du 21 au 23 mars 2017 à l’Hôtel Royal Palace à  Bujumbura.

L’objectif de cet atelier est de contribuer au renforcement de la culture de dialogue et de l’espace démocratique à travers la bonne gouvernance, la prévention et la résolution pacifique des conflits. Cette rencontre sera aussi l’occasion de consolider la confiance entre les citoyens et les institutions. Continuer la lecture

Burundi : la Commission d’enquête sur les droits de l’homme de l’ONU déplore l’absence de collaboration des autorités

Centre d’actualités de l’ONU

Des manifestants lèvent leurs mains devant la police dans le quartier Musaga de Bujumbura, au Burundi, le 4 mai 2015. Photo: IRIN / Phil Moore (archives)

13 mars 2017 – Devant le Conseil des droits de l’homme, le Président de la Commission d’enquête chargée de mener une enquête sur les violations des droits de l’homme commises au Burundi depuis avril 2015, Fatsah Ouguergouz, a regretté lundi que les autorités burundaises n’aient, à ce jour, pas souhaité collaborer avec la Commission qu’il préside.

S’exprimant dans le cadre d’une mise à jour orale, M. Ouguergouz s’est dit préoccupé par la gravité et par l’ampleur des allégations de violation des droits de l’homme au Burundi et, malgré la libération récente de prisonniers politiques, par les restrictions aux libertés publiques qui y perdurent.

Continuer la lecture

Burundi : la Commission d’enquête dénonce la poursuite de graves violations des droits humains

Radio de l’ONU                                                                                                 Télécharger

13 mars 2017 – La Commission d’enquête sur le Burundi s’est inquiétée, ce lundi à Genève «par l’ampleur et la gravité des violations des droits de l’homme » dans ce pays. « Sur la base d’une série de premiers entretiens que nous avons menés avec diverses sources, il ressort que les tendances observées en 2015 et 2016 persisteraient », ont souligné les enquêteurs de l’ONU.

La Commission d’enquête fait état d’une persistance d’allégations de violations des droits à la vie et à l’intégrité physique, évoquant en particulier la multiplication des disparitions forcées. Les arrestations, notamment des opposants au régime, continuent d’être rapportées tout comme les allégations de torture. « D’après les informations portées à notre connaissance, les violations du droit à la vie et à l’intégrité physique de la personne persistent au Burundi, fait remarquer Fatsah Ouguergouz, Président de la Commission d’enquête sur le Burundi. Même si par rapport à 2015 elles semblent être commises d’une manière plus clandestine ou prendre de nouvelles formes. Les allégations de disparitions forcées se sont multipliées, tout comme celles faisant état de recours à des lieux de détention non officiels. Une peur profonde semblerait s’être installée au sein de la population burundaise ».

Continuer la lecture

L’ONU dévoile une nouvelle stratégie pour mettre fin au fléau de l’exploitation et des atteintes sexuelles

Centre d’actualités de l’ONU

De gauche à droite : Nancee Bright (Bureau du Représentant spécial sur la violence sexuelle dans les conflits), Lisa Buttenheim (Département de l’appui aux missions), Maria Luiza Viotti, Cheffe de Cabinet du Secrétaire général, et Christian Saunders (Département de la gestion), lors d’un point de presse. Photo ONU/Rick Bajornas

9 mars 2017 – Affirmant que les Nations Unies ne devraient en aucun cas être associées à des actes criminels tels que les viols, la violence sexuelle, l’exploitation et les atteintes sexuelles, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a présenté jeudi une nouvelle stratégie pour prévenir et répondre aux abus commis par des personnes servant sous le drapeau de l’ONU.

« De tels actes de barbarie ne devraient jamais se produire. Ils ne devraient surtout jamais pouvoir être associés à des individus qui servent sous le drapeau de l’ONU, en quelque qualité que ce soit », a déclaré M. Guterres dans un message annonçant son nouveau rapport sur la question.

Continuer la lecture

Au Kenya, le chef de l’ONU participe à la célébration de la Journée des femmes

Centre d’actualités de l’ONU

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, rencontre des jeunes femmes dans un bidonville de Mathare, à Nairobi, au Kenya. Photo ONU Habitat/Julius Mwelu

8 mars 2017 – En visite au Kenya, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a participé mercredi à Nairobi à la célébration par ce pays de la Journée internationale des femmes, plaidant pour la réalisation de l’égalité des sexes.

« Dans notre monde, toutes les organisations des Nations Unies et la plupart des gouvernements, la plupart des institutions partout dans le monde, ont adopté l’égalité des sexes comme politique avec des programmes pour mettre en œuvre cette politique », a noté M. Guterres lors cette commémoration aux côtés de la Première Dame du Kenya.

Continuer la lecture

Message du Secrétaire général de l’ONU à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

New York, le 8  mars 2017

Les droits de la femme font partie intégrante des droits de l’homme. Mais en ces temps troublés, alors que le monde devient plus imprévisible et chaotique, les femmes et les filles voient leurs droits remis en question, limités ou réduits.

Le seul moyen de protéger les droits des femmes et des filles et de leur permettre de s’épanouir pleinement, c’est de les autonomiser.

Les déséquilibres qui caractérisent depuis toujours les relations de pouvoir entre hommes et femmes, encore aggravés par l’accroissement des inégalités au sein de la société et entre pays, exposent les femmes et les filles à davantage de discrimination. Dans le monde entier, les traditions, les valeurs culturelles et les religions sont utilisées comme des prétextes pour s’attaquer aux droits des femmes, institutionnaliser le sexisme et défendre des pratiques misogynes. Continuer la lecture

Face à la progression des populismes et des extrémismes, l’ONU appelle à défendre l’universalité des droits de l’homme

Centre d’actualités de l’ONU

Le Conseil des droits de l’homme à Genève. Photo ONU/Elma Okic

27 février 2017 – À l’ouverture de la 34ème session du Conseil des droits de l’homme, lundi à Genève, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a affiché sa détermination à défendre « aussi souvent et aussi longtemps que cela sera nécessaire » les droits de l’homme et ses défenseurs, soulignant l’urgence du contexte actuel.

« Le mépris des droits de l’homme est une maladie, une maladie qui se propage partout (…). Une maladie que le Conseil des droits de l’homme doit contribuer à éradiquer », a déclaré M. Guterres à l’occasion de sa première intervention devant le Conseil.

Continuer la lecture

RDC : le Haut-Commissaire aux droits de l’homme appelle à l’arrêt immédiat des massacres

Centre d’actualités de l’ONU

20 février 2017 – Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a demandé lundi au Gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de prendre des mesures immédiates pour mettre un terme aux violations généralisées des droits de l’homme, y compris les exécutions sommaires apparentes.

« Il y a plusieurs allégations crédibles de violations massives des droits de l’homme dans les régions du Kasaï, du Kasaï central, du Kasaï oriental et de Lomami, dans le contexte d’une forte détérioration de la situation sécuritaire, y compris des personnes ciblées par des soldats pour leur prétendue affiliation avec une milice locale », a déclaré M. Zeid dans un communiqué. « Il est temps d’arrêter une réaction militaire brutale qui ne fait rien pour s’attaquer aux causes profondes du conflit entre le gouvernement et les milices locales mais vise plutôt les civils sur la base de leurs liens présumés avec les milices », a-t-il souligné.

Continuer la lecture